Sefrou veut doper son tourisme à travers la culture

Abdelhak Hamdaoui veut doper le tourisme de la petite bourgade de Sefrou. Le gouverneur de la province appuie les différentes initiatives mettant la ville et ses communes au devant de la scène. L’ambition étant de créer une activité économique à travers la culture. C’est ce qui ressort en effet du partenariat de la province avec les différents festivals organisés à Sefrou mais aussi dans les communes d’Imouzzer, Sidi Khiyar et Mezdgha El Jarf.

Une localité célèbre pour son sanatorium, cette dernière a accueilli récemment le «déjeuner champêtre des mille convives» du festival de Fès de diplomatie culinaire. Ce fut un grand festin mais aussi un rendez-vous historique et économique. Pour le premier volet, il faut rappeler que c’est ici que le caïd Lahcen El Youssi avait reçu le Roi Mohammed V et le Prince héritier Moulay Hassan dans les années 1940, défiant ainsi le Protectorat et montrant la force des Amazighs.

Aujourd’hui, un festival de poésie amazighe est organisé annuellement à sa mémoire, à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de la marche verte. Cette manifestation est l’œuvre de l’association «Adour pour la culture et le développement» en partenariat avec le centre Lahcen Lyoussi pour les études et recherches politiques (CLLPERP). Elle réunit annuellement des centaines de participants, universitaires, chercheurs en provenance des différentes régions du Royaume, autour de débats et réflexions de qualité.

S’agissant du Festival de Fès de diplomatie culinaire, «Le déjeuner champêtre des mille convives» invite, tous les ans, dans un cadre féerique dans la région de Sefrou, à de nombreuses expositions de produits du terroir, pour la plupart provenant de coopératives féminines, venant du Maroc et de différents pays. L’objectif principal est de créer une activité économique et inviter à la découverte de la beauté du paysage naturel de la province.

Cette année, le rendez-vous leur avait été donné le 22 avril. Ainsi, des chercheurs-conférenciers, grands Chefs et universitaires étaient du voyage. «Ils s’intéressent aux nombreux enjeux qui entourent les différentes cultures et patrimoines gastronomiques», souligne Oussama Skali, directeur du festival.

Parmi les invités de marque de cette édition figurent les Professeurs Henri Joyeux et Albert Sasson, Madame Arce Mora, Ambassadeur du Mexique, la Chef marocaine Najat Kanaache et le président des Chefs cuisiniers de France Christian Tetedoie, ou encore les Chefs tunisiens Wafiq Belaïd et Mohamed Mahadhbi.

A Sefrou, comme à Fès, chacun aura compris qu’il ne s’agit de rien de moins que de l’avenir de notre santé, de nos qualités de vie et de notre capacité à construire finalement un développement et une paix durables. De nombreux intervenants ont aussi souligné qu’en partant du fil conducteur du «mieux manger».

C’est tout un nouveau modèle de développement économique qui est envisagé par la nécessaire complémentarité entre les patrimoines écologiques et les patrimoines culturels vivants «immatériels».

Ce Festival se positionne déjà, après cette 3e édition particulièrement réussie, comme l’un des événements culturels nationaux les plus originaux et créatifs. Un de ses objectifs est de faire du patrimoine gastronomique marocain, dans toute sa diversité, le meilleur ambassadeur culturel du royaume.

Dans quelques semaines, Sefrou accueillera son festival centenaire des cerises. Un événement qui célèbrera cette année sa 98eédition et qui rappelons-le est inscrit comme patrimoine immatériel de l’humanité auprès de l’UNESCO depuis 6 ans (2012).