Restauration de la médina: 400 millions de DH de marchés à prendre

Grâce aux multiples opérations de restauration de ses monuments, l’ancienne médina de Fès récupère au fur et à mesure son lustre d’antan et invite à la découverte de sa richesse historique. Et c’est là tout le défi des actions menées à l’initiative du Roi: «préserver l’identité culturelle et académique de la capitale spirituelle du Royaume».

Ainsi, le nouveau projet de réhabilitation et de mise en valeur de la médina, lancé en mai dernier, est sur de bons rails. «Les études de réalisation sont en cours de finalisation. Les appels à manifestation d’intérêt seront lancés incessamment», confie Fouad Serrhini, directeur de l’Agence de développement et de réhabilitation de la médina (Ader-Fès).

Rappelons que cet établissement est en charge de la maîtrise d’ouvrage des projets de restauration du tissu ancien de la ville de Fès. Son intervention a d’ailleurs limité les effondrements des vieilles bâtisses et évité la perte de vies humaines durant ces dernières années.

S’agissant du nouveau programme, il concerne l’aménagement de 8 parkings «intelligents», la réhabilitation des espaces publics et l’installation d’un dispositif d’information. Doté d’une enveloppe de l’ordre de 400 millions de DH, ce projet est financé par Les Domaines de l’Etat, les ministères des Finances et de l’Intérieur, et la Commune de Fès.

Dans le détail, l’Ader supervisera l’aménagement des parkings de Aïn Zliten, Bab El Guissa, Oued Zhoun, Bin Lamdoun, Bab El Hamra, Bab Jdid, Sidi Bounafae, et Bab Boujloud. «Ces parkings seront de normes internationales et équipés de la haute technologie. Ils permettront de décongestionner la médina en créant plus de 3.600 places de stationnement», souligne Serrhini.

A ce propos, les commerçants de la vieille cité ont longtemps réclamé l’amélioration des accès de la médina et l’aménagement de parkings. Lesquels permettraient aux clients potentiels de réinvestir les ruelles historiques. En attendant, il va falloir exproprier le foncier pour accueillir les futurs parkings.

Un autre projet est sur le point de voir le jour. Il s’agit de celui de la mise en valeur des sites historiques. Celle-ci passera par une amélioration de l’accessibilité et une signalétique à la fine pointe de la technologie. Pour le premier volet, le programme financera l’aménagement et la réfection des voiries et du pavage de 23 km de ruelles. «Ce projet se fera par étape dans le but de continuer de recevoir des touristes tout au long des travaux», explique le maître d’ouvrage.

Et d’annoncer: «l’installation de deux écrans géants à l’entrée de la médina». Ces écrans dessineront les différents circuits touristiques. Mais pas seulement. Car, le projet prévoit également des systèmes de visite guidée. Lesquels proposeront toute une gamme de solutions de sonorisation sans fil pour faire visiter le musée vivant aux groupes de touristes.

Ces équipements incluraient des microphones émetteurs et des récepteurs avec prise casque, pour commenter les visites en toute quiétude et sans fatigue auditive pour les touristes. Un dispositif des audioguides, des stations émetteurs fixes, ou encore des casques, écouteurs et tous les accessoires nécessaires à la sonorisation des visites touristiques guidées sera également proposé. Signalons qu’un centre d’interprétation est également à l’étude.

Enfin, le projet prévoit l’installation d’une signalétique devant les sites historiques. L’on découvrira sur ces plaques une présentation interactive des monuments.