Rentrée culturelle : Un vent de fraicheur souffle sur la région Fès-Meknès

La torpeur de l’été s’estompant progressivement, un vent de fraicheur vient souffler sur la région Fès-Meknès en cette rentrée culturelle.

Comme jadis, la culture continue de s’y épanouir, grâce aux multiples acteurs de l’animation culturelle qui se remuent les méninges pour proposer un menu digne du cachet patrimonial et culturel de la région.

Ça serait, en effet, une évidence de dire que Fès et Meknès ont toujours formé un terreau fertile pour la culture, qui se manifeste sous différentes expressions de célébration de l’art, du verbe, de la musique, de la peinture ou de la performance corporelle.

Cette rentrée, le public sera embarqué dans un voyage fait de promotion du patrimoine culturel, de préservation du cachet spirituel, de célébration des arts modernes (théâtre, cinéma, arts plastiques, livre, danse…) et d’échanges culturels et artistiques.

L’œuvre d’organisateurs aussi différents que les évènements (Département de la culture, Fondations, associations locales, clubs, instituts de langues ou communes urbaines), les manifestations programmées dans la région apportent une certaine gaité au quotidien de la région.

Pour le directeur régional de la culture, Jawad Mstari, la région Fès-Meknès se caractérise par la richesse de son patrimoine culturel matériel et immatériel, ce qui place, selon lui, la culture parmi les secteurs qui vivent au rythme d’une vraie dynamique tout au long de l’année.

‘’Au fil des ans, la région s’est dotée ainsi d’un nombre important de grands festivals aussi bien à Fès, Meknès, Taza qu’aux autres provinces relevant de la région”, a-t-il déclaré à la MAP, ajoutant que les nombreuses manifestations culturelles et artistiques régionales jouent ”un rôle central” dans la promotion culturelle, l’animation et le développement de l’attractivité de la région.

En règle générale, ce n’est que passée l’effervescence de la rentrée scolaire au mois de septembre que les manifestations culturelles prennent leurs quartiers.

Parmi toutes les formes d’expression culturelle, ce sont les festivals qui trônent en tête. Pour cette rentrée, c’est le Festival de Fès de la Culture soufie qui donnera le coup d’envoi aux grandes manifestations culturelles dans la région.

Du 14 au 21 octobre, le festival, qui fête son dixième anniversaire, proposera un voyage à la rencontre des sagesses du monde, à travers des soirées de samaa, gratuites et ouvertes.

D’autres évènements plutôt à caractère festif viendront animer le quotidien des Fassis et Meknassis : du Festival de Fès du madih et samaa, à celui des cultures urbaines (Meknès), en passant par le cinéma d’animation (Meknès) ou le festival du cinéma des peuples d’Imouzzer.

Les instituts culturels sont bien actifs eux aussi. C’est le cas notamment de l’Institut français.

A Fès, c’est la programmation musicale qui constitue un axe majeur en cette rentrée avec le Trio Helios et plus particulièrement le concert qui sera donné le 24 octobre par Nour Ayadi, lauréate du Concours international de piano SAR la Princesse Lalla Meryem.

Aussi les amateurs de jazz seront-ils servis avec au programme trois soirées prometteuses. La Saison culturelle France Maroc fera également halte à Fès avec deux représentations théâtrales de pièces qui ont marqué le public tant par les thématiques abordées que par la qualité de l’interprétation : Djihad et Les cavaliers. A quoi viendraient s’ajouter des rencontres littéraires et cinématographiques.

A Meknès, la programmation proposée par l’équipe de l’Institut français aura le voyage pour fil conducteur, avec, entre autres, la 2-ème édition des Rencontres du carnet de voyage, inspirées par les carnets d’Eugène Delacroix créés entre Tanger et Meknès en 1832. Il sera aussi question de voyage lors de la rencontre avec le psychiatre Jalil Bennani qui évoquera le si long chemin des réfugiés venus s’installer au Maroc.

D’autres voyages ayant pour thématique l’art, la connaissance ou la langue ne manqueraient pas d’enrichir le regard sur le monde des férus de la culture.

L’Institut Cervantès n’est pas en reste. De pair avec les cours de langue, il propose une multitude d’activités culturelles visant à fournir une vue d’ensemble de la création culturelle actuelle, développée en Espagne et en Amérique latine.

Conférences, récitals littéraires, projections, concerts et rencontres sur différents aspects culturels (cinéma, musique, art, architecture, gastronomie, littérature ou Histoire) sont régulièrement programmés.

Toutefois, des observateurs assidus de la scène culturelle locale et régionale avancent que le développement du secteur de la culture dans la région requiert une meilleure répartition territoriale des infrastructures culturelles sur toute la région, la généralisation des points de lecture ou encore le renforcement des infrastructures culturelles. La région Fès-Meknès continuera alors de constituer ce creuset de la culture, comme elle l’a toujours été.