Nuitées hôtelières : Fès dépasse le seuil du million

La ville de Fès a realisé 1,76 million de nuitées hôtelières en novembre dernier.

Et en dépassant le seuil d’un million de nuitées, la capitale spirituelle du Royaume vit au rythme d’une dynamique touristique favorisée par l’inauguration du deuxième terminal de l’aéroport Fès-Saiss, l’encouragement des compagnies aériennes à bas coût et la réhabilitation de la médina de Fès.

Selon des chiffres du ministère du tourisme, quelque 539 529 touristes ont visité la ville de Fès à fin novembre 2018 en hausse de 18%. Le nombre des nuitées enregistré a atteint, lui, quelque 1,76 millions, en accroissement de 17% alors que le taux d’occupation s’élève à 42%.

Cette embellie est due en particulier à l’inauguration du nouveau terminal de l’aéroport Fès-Saiss, une structure à la hauteur du rayonnement international de la ville de Fès et de son statut de capitale culturelle et spirituelle du royaume. Elle permet de porter la capacité d’accueil annuelle de l’aéroport à 2,5 millions de passagers au lieu de 500.000 auparavant.

Des installations qui ont amené plusieurs compagnies aériennes à lancer des vols hebdomadaires vers des destinations européennes, dont la France, l’Espagne, les Pays-Bas, la Grande Bretagne, la Belgique et l’Allemagne. Parmi ces compagnies, figurent Ryanair, qui a transformé l’aéroport en une plateforme pour ses vols, et Air Arabia, qui assure également des liaisons entre Fès et d’autres villes marocaines, notamment Marrakech, Agadir, Tanger et Errachidia.

Cet engouement s’est répercuté sur le trafic des passagers au niveau de l’aéroport, qui a enregistré un accroissement de 17,25 pc à fin novembre 2018, en comparaison avec la même période de 2017. Ce qui a porté le nombre des voyageurs ayant utilisé cette plateforme aéroportuaire à 1.191.842 voyageurs durant la même période de l’année précédente.

En ce qui concerne l’infrastructure hôtelière, la ville de Fès dispose de 165 établissements d’hébergement touristique classés, avec une capacité litière totale de 9.403 lits. Celle des hôtels constitue la grande partie, avec plus de 76pc des lits, suivie de celle des maisons d’hôtes, avec 21pc des lits.

Pour renforcer cette offre, des projets touristiques d’un investissement global de 340 MDH ont été réalisée en 2018, dont deux hôtels cinq étoiles et cinq maisons d’hôte d’une capacité de l’ordre de 356 lits. Plusieurs autres mobilisant un investissement de 894 MDH sont en cours. Il s’agit de cinq hôtels (1.254 lits) et 12 maisons d’hôtes (120 lits).

A Fès, le secteur du tourisme assure 6.500 emplois directs et 19.500 emplois indirects.

La réhabilitation de la médina, visant la valorisation du riche patrimoine de la capitale spirituelle du Royaume, a contribué également à la relance touristique de la ville, connue pour ses monuments historiques, dont 9.000 bâtisses historiques, 11 medersas, 43 écoles coraniques, 83 mausolées et zaouïas, 176 mosquées, dont l’université Quaraouiyine.

Ce programme de réhabilitation a permis notamment la restauration de 27 monuments historiques, ainsi que le lancement de l’aménagement de huit parkings autour de la médina de Fès d’une capacité de 3.600 places, la réfection de la voirie, l’amélioration du paysage urbain, l’adressage de la médina et la mise en place d’un dispositif d’information touristique.

Il s’agit, en outre, de la réhabilitation des anciennes médersas de Fès, après leur restauration et leur ouverture, à des fins d’hébergement et d’enseignement, au profit respectivement d’étudiants du cycle terminal ‘’Al Alimiya’’ et de ceux de la filière de la calligraphie de l’université Al Quaraouyine. Il s’agit de la médersa Mohammedia et la médersa Seffarine, en plus de la médersa Bouanania.

La capitale Idrisside s’apprête, par ailleurs, à franchir un nouveau palier de développement, grâce au programme complémentaire pour la valorisation de l’ancienne médina, qui mobilisera une enveloppe budgétaire de 583 millions de DH.

Ce nouveau programme, présenté devant SM le Roi Mohammed VI le 14 mai dernier à Rabat, sera réalisé au cours de la période 2018-2023 et portera sur la réhabilitation de 39 sites historiques d’activités économiques (Foundouks, ateliers, souks) et de 10 mosquées et écoles coraniques, la valorisation de 11 sites historiques, notamment l’horloge à eau et le musée de la culture juive, ainsi que la restauration de Dar Al Makina.

Il permettra de valoriser l’ancienne médina, à travers les circuits touristiques et l’aménagement de l’espace urbanistique, outre la création d’emplois pour les jeunes, les professionnels et les artisans.

Pour conforter cette dynamique, les professionnels misent sur l’amélioration des prestations touristiques, la prospection des marchés émergents au potentiel encore sous-exploité et la diversification de l’offre touristique, à travers l’établissement de nouveaux itinéraires ouverts sur les autres villes de la région (Ifrane, Meknès, Taza, Taounate et Immouzer Kander).