Maroc – Patrimoine: Conférence sur l’héritage humaniste de la ville de Fès

L’héritage humaniste de la ville de Fès » a été le thème de la conférence animée récemment à Fès par le professeur universitaire et chercheur historien, Mohammed Lebar dans le cadre des « causeries du patrimoine » organisées périodiquement par la fondation Maroc du Patrimoine.

Cette conférence, qui s’est déroulée au Riad Kadmiri, en ancienne médina, a mis en évidence l’aspect humaniste, solidaire et convivial de la ville cosmopolite de Fès, qui a accueilli, après sa fondation en 808, des populations de toutes les religions venues d’Andalousie, d’Europe, d’Afrique et d’Orient.

Le Pr Mohammed Lebar, natif de Fès en 1951, a traité des aspects de l’héritage humaniste de la ville de Fès, le berceau de la mosquée-université Qaraouyine, l’une des premières universités du monde, soulignant notamment le système d’arbitrage pour le règlement à l’amiable des conflits et différends sociaux surgis entre les habitants, les commerçants ou les artisans, préservant ainsi la coexistence, la cohabitation et le bon voisinage.

Il a évoqué aussi l’institution des Waqfs, biens religieux, qui ont servi au soutien humanitaire des couches sociales démunies tout en préservant leur dignité et à l’aide matérielle des musulmans africains du sud Sahara qui empruntaient le territoire de l’empire marocain pour se rendre aux lieux saints de l’Islam .Un Waqf a été destiné , a l’époque, à la protection et la sauvegarde même les cigognes qui nichaient en ancienne médina de Fès.

Le Pr Mohammed Lebar a rappelé aussi l’aide généreuse et bénévole apportée, à l’époque aux femmes enceintes, assistées par femmes accoucheuses « Qablates », et le soutien social destiné aux couples et nouveaux mariés nécessiteux dont des maisons « Waqfs » leur ont été réservées provisoirement juste après les fêtes de noces.

L’éminent chercheur historien a fait état aussi du Maristane, en ancienne médina, qui servait d’hôpital pour les études de médecine, le traitement des maladies dont les maladies psychiatriques, et aussi un lieu hospitalier. La musique dont la musique andalouse a été utilisée, à l’époque, pour le traitement des malades. Signale-t-on.

En fait, une vie en société, raffinée dans le temps, promue et vécue par les habitants et transmises aux générations et aux descendances dans un esprit de respect des valeurs de tolérance, de cohabitation et de la main bienfaitrice tendue à l’autre pour lui venir en aide, comme l’a indiqué le Dr Abdelfettah Sbai, directeur des causeries du patrimoine. Ce dernier a estimé que cette conférence contribuera à faire connaitre cet aspect de l’héritage humaniste de Fès pour servir le présent , l’avenir et le développement humain autant à Fès qu’au Maroc.

Au terme de cette causerie, le conférencier Mohammed Lebar a dédicacé deux de ses nombreux ouvrages de recherche, dont « L’Afrique vandale entre les expéditions Byzantines et les insurrections maures de 429- 534 » et « L’histoire de la ville de Fès depuis la fondation jusqu’à la fin du XXè siècle ».

Kaddour Fattoumi