Festival national de la musique andalouse à Fès: Pour la promotion de cet art authentique dans le monde

Entre «Le local et l’international» est la thématique sous laquelle sera donné, aujourd’hui, le coup d’envoi de la 22e édition du Festival national de la musique andalouse à Fès. Une manifestation qui a acquis grande place parmi les festivals patrimoniaux du Royaume.

Plusieurs activités artistiques, culturelles, scientifiques et éducatives sont au programme de cette édition, qui se poursuivra jusqu’au 15 avril. Diverses troupes, reconnues dans ce domaine, mais aussi de jeunes talents très avides de ce patrimoine ancestral, sont conviés pour animer cet événement. La Commission organisatrice des festivals patrimoniaux de Fès, en collaboration avec la commune et l’arrondissement de Fès, et le soutien de l’Institut Cervantès et la Fondation patrimoine de la ville, ne manque pas saluer «l’intérêt culturel de ce festival qui célèbre un héritage très ancré dans la tradition du pays et dont le Maroc est très fier. D’où l’importance de cette manifestation qui est devenue, avec le temps, un rendez-vous incontournable pour la ville et sa région, du fait des différentes activités qui s’y déroulent».

En effet, les organisateurs ne ménagent aucun effort pour pérenniser cette culture à travers des ateliers de formation pour les passionnés et les amoureux de cet art, ainsi qu’une matinée pour les enfants. Des tables rondes sont aussi au programme de cette édition, puisqu’un colloque scientifique où interviendront des professeurs et des spécialistes en la matière pour débattre de la thématique du festival, «Le local et l’international» avec comme toile de fond l’ambition de promouvoir cette musique et lui donner un rayonnement international. Le Festival tend en effet à promouvoir et perpétuer ce genre musical hautement authentique et à consolider sa place parmi les manifestations nationales et internationales.

Signalons que cette 22e édition connaîtra la participation de grands orchestres très réputés dans cet art, notamment de Rabat, Taza, Casablanca, Tanger, Tétouan et Fès.
Il s’agit de grands orchestres nationaux de musique andalouse, dignes dépositaires de cet art ancestral, qui investiront les somptueux riads et autres lieux mythiques de la capitale spirituelle pour le plus grand bonheur des passionnés de ce genre musical, fruit d’influences mutuelles entre le Maghreb, l’Andalousie et l’Orient. Des hommages seront rendus à des personnalités éminentes de cet art, et ce en clôture du Festival.

LeMatin.ma