Festival de Fès des musiques sacrées du monde : 150 artistes issus de plus de 30 pays pour animer la 25ème édition

Ce ne sont pas moins de 150 artistes de renommée mondiale qui prendront part au 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde, qui se tiendra du 14 au 22 juin sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Le nombre est précisé par la Fondation Esprit de Fès, initiatrice de cet événement culturel d’envergure internationale qui, selon ses dires, réunira également plus de trente pays. Cette édition qui se tiendra sous le thème «Fès, à la confluence des cultures» est particulière à plus d’un titre. Elle met en valeur le renouveau incessant de la médina de Fès. Aussi, la particularité du festival cette année, selon les organisateurs, est qu’il coïncide avec le vingtième anniversaire de l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI . Ainsi l’événement fera d’une pierre deux coups. «Cette édition célébrera cette renaissance et aura ainsi une portée unique»,s’expriment les initiateurs qui indiquent que la programmation sera exceptionnelle. En détail, le World Youth Orchestra, symbole de paix et de dialogue international, collaborera en exclusivité avec l’ensemble andalou de Fès dans le cadre d’une création musicale originale.

Sami Yusuf, vedette de la musique soufie, célébré notamment par le prestigieux Time Magazine, occupera la scène mythique de Bab El Makina. José Merce et Tomatito, les deux virtuoses du Flamenco, enflammeront la scène aux côtés du Kingdom Choir, la désormais incontournable chorale gospel ayant acquis une renommée internationale depuis les festivités du mariage du prince Harry et Megane. Les douces mélopées de Youssou Ndour, icône culturelle de l’Afrique chantante, succéderont aux délicieuses sonorités de Marcel Khalifa, reconnu «artiste de l’Unesco». Les tonalités mystiques des chants et danses rituels des femmes de Cuba, d’Azerbaidjan, l’art du Muwashah d’Alep et les chants sacrés de Perse ou encore Carlos Nunez, maître de la cornemuse Gaïta et l’ensemble traditionnel d’Oujda Espagne-Maroc sont également attendus.

Outre les spectacles quotidiens, le festival de Fès s’ouvrira par une création originale «Fès, mémoire du futur». Conçue par le comité culturel et artistique de la Fondation Esprit de Fès en collaboration étroite avec un large éventail d’artistes, la création mettra en scène l’histoire unique de la naissance de la ville impériale. «C’est ce renouveau et cette histoire que le festival et son forum ont souhaité faire connaître et  rayonner à l’international afin d’imprimer la marque Fès», indique Abderrafih Zouitene, président de la fondation initiatrice.

«Grâce à une nouvelle orientation de la stratégie de partenariats et de communication tournée vers le digital, les retombées médiatiques ont renforcé l’attractivité touristique de la ville de Fès et celle-ci a connu une hausse sans précédent en 2017 et 2018», enchaîne-t-il. A propos du festival, il indique que celui-ci «a apporté sa contribution au fil des temps au dialogue des cultures et des religions, à mieux faire connaître les valeurs de notre pays marqué par l’ouverture sur l’autre, l’esprit de tolérance et d’accueil et la richesse de son patrimoine matériel et immatériel».

De plus, l’événement est marqué par le Forum de Fès qui en fait une partie intégrante. Prévu les 15 et 16 juin, ce Forum sera rythmé par des tables rondes animées par des intervenants prestigieux en présence de plusieurs écrivains, chercheurs, philosophes et penseurs. A propos de ce forum, le directeur général de la fondation, Driss Khrouz, indique: «La confluence des cultures consacrée par ce bel itinéraire du festival de Fès sera notre source d’inspiration. Elle sera ce souffle qui nous permettra de débattre et d’écouter d’éminentes personnalités qui irriguent par leurs idées et par leurs créations cette culture de la paix, cette valeur de respect et de reconnaissance de tout ce qui alimente toutes les formes vertueuses de la spiritualité». C’est ce qui fait l’intérêt de l’événement en entier.