Fès-Valorisation de la médina: Dar Tazi fait peau neuve

C’est parti. Le chantier de restauration du siège de l’association Fès-Saïss, connu sous le nom de Dar Tazi, est lancé. D’un budget prévisionnel de 28 millions de DH, ce projet sera livré dans un délai de 18 mois. A la charge de l’Ader, qui assure la maîtrise d’ouvrage de cette opération, la restauration du cadre bâti (6.708m2) ainsi que l’aménagement des espaces verts.

Construite au début du XXe siècle, Dar Tazi est une demeure de haute charge historique. Son foncier, relevant aujourd’hui du domaine de l’Etat, était dans le temps la résidence principale du célèbre Pacha Tazi. L’histoire récente retiendra que c’est ici que la majorité des événements culturels de la ville ont vu le jour.

A commencer par le festival de Fès des musiques sacrées du monde, organisé à sa naissance par l’association Fès-Saïss, le festival de la musique andalouse, le festival du samaâ, le festival amazigh…etc.

D’ailleurs, l’ONG, créée par l’ex-conseiller royal, Mohamed Kabbaj, au milieu des années 1980, continue de siéger à Dar Tazi, tout comme la Fondation Esprit de Fès, chargée désormais de l’organisation des musiques sacrées. L’association Fès-Saïss y organise fréquemment des opérations caritatives ponctuelles d’envergure («Lire pour grandir», des caravanes médicales, «Nour Arrahmane», « Daïf Allah») ainsi que des rencontres culturelles.

En outre, la rénovation de Dar Tazi s’inscrit dans le cadre du programme complémentaire de restauration et de valorisation de la médina de Fès. Lequel mobilisera une enveloppe globale de 583 millions de DH entre 2019 et 2023. Pour rappel, ce projet concerne 113 sites historiques d’activités économiques (Foundouks, ateliers, souks) et 10 mosquées et écoles coraniques, et la valorisation de 11 sites historiques (horloge à eau, musée de la culture juive), et la restauration de Dar Al Makina.

En termes de financement, la réhabilitation de 11 monuments historiques et lieux emblématiques coûtera 109 millions de DH. Ce montant servira à la restauration, entre autres, de l’horloge hydraulique, le répartiteur d’eau de Boujloud et les norias de Jnane Sbill. Au menu également la restauration de cinq mosquées et cinq écoles coraniques. Par ailleurs, 39 sites (foundouks, et espaces de commerce traditionnel) seront rénovés pour quelque 172 millions de DH.

Le volet «bien-être» concerne la réhabilitation de 37 sites, dont 30 fontaines, avec un budget de 21 millions de DH. D’autre part, la restauration du bâti et l’amélioration du paysage urbain de 15 autres sites coûteront la bagatelle de 95 millions de DH.

Notons que la réhabilitation de Dar Al Makina, Dar Tazi et autres sites historiques s’élèvera à 127 millions de DH. Enfin, en vue de renforcer l’offre touristique de la ville, un autre programme est en cours de réalisation pour la bagatelle de 400 millions de DH. Celui-ci financera l’aménagement de 8 parkings (400 millions de DH), la rénovation du système de signalisation et la mise en place d’un système d’information électronique en faveur des visiteurs de la médina.

Leconomiste.com - Le premier quotidien économique du Maroc