Fès-Tourisme: Les professionnels misent sur le digital

L’annulation du salon du tourisme de Berlin, ITB, prévu du 4 au 8 mars ne dissuade pas pour autant les professionnels du tourisme de Fès. Ils sont déterminés à mettre le paquet sur la destination, via la promotion digitale, les sites de voyage, et les agendas culturels.

«Surtout que nous disposons, à travers la médina, d’un véritable patrimoine historique renouvelé, restauré et mis en valeur, qui offre un voyage inédit dans l’histoire», indique Aziz Lebbar, président du CRT de Fès. Plus de 2 milliards de DH ont été dépensés pour rendre à la ville culturelle, ses souks, ses foundouks, ses tanneries et autres, leurs lettres de noblesse, l’objectif étant de préserver le cachet «académique et spirituel» de Fès.

fes-tourisme-010.jpg
La réhabilitation de la médina a redoré le blason d’un tissu ancien qui accueillait jadis d’illustres savants comme Ibn Khaldoun, Maïmonide ou encore le pape Sylvestre II. Aujourd’hui, Fès perpétue son rôle comme haut-lieu du savoir… en accueillant le sommet mondial de l’alliance des civilisations prévu en novembre (Ph. YSA)

Malgré les nombreuses annulations de part et d’autre à travers le monde, les promoteurs d’évènements restent optimistes pour les mois à venir. La ville, en tout cas, a été choisie pour abriter le Sommet mondial de l’Alliance des civilisations prévu du 29 novembre au 2 décembre 2020. C’est ce qu’a annoncé, dernièrement, Miguel Angel Moratinos, Haut-Représentant de l’Alliance des civilisations des Nations-Unies (UNAOC).

La ville de Fès a été retenue eu égard «à son caractère ancestral et à sa symbolique spirituelle», argue-t-il, insistant sur «la nécessité de sauver la planète, apprendre à vivre ensemble, se respecter les uns les autres et à comprendre l’existence de différentes religions, cultures et civilisations».

En tout cas, le Maroc et Fès incarnent cette vision. La ville avait déjà accueilli, il y a deux ans, la Conférence internationale sur le dialogue des cultures et des religions, initiée par le ministère des Affaires étrangères et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Dans un message adressé aux participants, le Roi avait souligné que «le modèle marocain affirme une singularité qui lui vient de sa Constitution, de ses réalités culturelles, de son histoire millénaire».

«Il se caractérise par une coexistence profondément enracinée, notamment entre Musulmans et Juifs, et atteste d’une ouverture du pays sur les autres confessions», a dit SM le Roi, relevant que «ce modèle unique est le produit de réformes profondes visant à prémunir la société marocaine contre les risques liés à l’instrumentalisation idéologique de la religion et contre les courants subversifs».

fes-tourisme-010.jpg

Le Souverain avait noté que la tenue de cette conférence au Royaume du Maroc constitue une «reconnaissance, par la communauté internationale, de l’engagement constant de notre pays en faveur du dialogue des cultures et des religions ainsi que de la promotion des valeurs portées par ce dialogue».

«C’est également une confirmation du rôle de précurseur que notre pays a joué en tant que membre fondateur de l’Alliance des civilisations, organisme chargé de mobiliser les acteurs nationaux et internationaux autour de la paix et de porter ses valeurs», affirmait le Roi. En tout cas, ces valeurs ont été toujours portées par la ville de Fès qui accueillait jadis d’illustres savants comme Ibn Khaldoun, Maïmonide ou encore le pape Sylvestre II.

Les livres d’histoire décrivent cette cohabitation paisible qu’offrait Fès à sa population, qui n’avait pas nécessairement la même religion ni les mêmes croyances, mais qui était surtout «habitée» par l’âme de la ville millénaire et son savoir-vivre. Aujourd’hui, afin de perpétuer le rôle de Fès comme haut-lieu du savoir, il a été procédé à la restauration de ses monuments afin de permettre aux habitants et visiteurs de la ville de remonter le temps en tout émerveillement.

Les nuitées en hausse

Les nuitées touristiques dans les établissements d’hébergement classés de la ville de Fès ont connu un accroissement de 2 % en 2019 en comparaison avec l’année d’avant. Ainsi, les statistiques de l’Observatoire national du tourisme (ONT) font état d’un total de 1.117.579 nuitées enregistré au titre de 2019, contre 1.096.721 nuitées durant l’année 2018. Quant aux arrivées dans les hôtels classés, elles ont atteint 592.765 en 2019, contre 587.418 durant l’année 2018, soit une légère hausse de 1%. Notons enfin que la durée moyenne de séjour durant cette période était de 2 jours, soit un taux identique à celui réalisé durant l’année 2018. Ces performances sont dues, entre autres, à la hausse enregistrée par les principaux marchés émetteurs, dont la France, la Chine, l’Italie, les USA, le Royaume-Uni et l’Espagne ainsi que les résidents.

Leconomiste.com - Le premier quotidien économique du Maroc