Fès: La place Lalla Yeddouna renaît de ses cendres

  • Le taux de réalisation du projet atteint 65%
  • Les travaux de restauration finalisés en juin

Lance en 2012, le projet de réaménagement de la place Lalla Yeddouna avance bien. Il est réalisé à plus de 65%. C’est ce qu’ont confirmé Abderrahim Belkhyate et Fouad Serghini, respectivement délégué régional de l’artisanat, et directeur de l’Agence pour le développement et la réhabilitation (Ader-Fès), devant artisans et commerçants de l’ancienne médina.

Faisant partie des projets de Médina Fès, financés grâce à un don de «Millennium Challenge Corporation» (MCC) et destinés à relancer l’artisanat, la reconstruction de la place Lalla Yeddouna, un espace stratégique, d’une superficie de 6.000 m², qui relie Adouat al-Qaraouiyyine à Adouat al-Andalous, est suivie de près par l’Ader, agence d’exécution du projet. «La place et le pont qui la relie à l’autre rive de la médina constituent un carrefour qui a longtemps facilité les échanges commerciaux, les communications et le passage entre les deux rives urbaines traditionnelles de Fès», explique le directeur de l’agence. Et de poursuivre, «l’état d’avancement des nouvelles constructions a atteint les 70%. Celles-ci seront livrées en juin 2017. Pour leur part, les anciennes bâtisses sont réhabilitées à 62% et seront livrées en mars prochain». Le coût du projet s’élève à 182 millions de DH. Une enveloppe qui redorera le blason de cette place et ses alentours constituant le cœur battant des activités artisanales traditionnelles, principalement la tannerie et la dinanderie. En fait, ce projet a permis la dépollution des industries de l’artisanat ainsi que l’indemnisation de 225 artisans (pollueurs) et leur recasement dans la nouvelle zone d’Aïn Nokbi. Financé grâce au don américain, l’aménagement de cette place historique et ses alentours devrait coûter près de 17,5 millions de dollars. L’objectif est de transformer cette place en un centre urbain à usage éducatif, artisanal, commercial et d’habitation, susceptible d’en faire un catalyseur important pour le développement artisanal et touristique de toute la médina. Concrètement, le site comprend de petites ruelles, un joli square avec un arbre, une rivière, un pont datant du 14e-15e siècle, des bâtiments abimés parmi lesquels certains seront reconstruits et d’autres, ayant une valeur historique et architecturale, seront réhabilités. À sa livraison (juin 2017), le site de la place Lalla Yeddouna deviendra un centre urbain dynamique à usage mixte qui bénéficiera aux riverains et aux visiteurs de la médina. Le site sera transformé en un important catalyseur pour le développement des artisans, avec des espaces comprenant programmes éducatifs, résidences, site artisanal, boutiques, restaurants, cafés et autres aménagements. Le nouveau complexe devra soutenir des activités pour jeunes et adultes.

Initié dans le cadre de la mise en œuvre du projet Artisanat et Médina de Fès du programme MCA-Maroc, le projet «Fez Medina» est financé par MCC. Il est doté d’une enveloppe de 91 millions de dollars, de quoi booster la croissance économique à Fès en misant sur les liens entre le secteur de l’artisanat et le tourisme et l’augmentation de la valeur des ressources culturelles, historiques et architecturales de la médina. La composante du projet «Fez Medina», estimée à environ 42 millions de dollars, consiste en la réhabilitation ou la construction de plusieurs sites le long des routes Fès médina.

Rappelons enfin que la valeur des chantiers réalisés en médina depuis les années 1990 avoisine les 2 milliards de DH. Un montant qui a servi à la restauration des medersas et des murailles historiques, le renforcement des circuits touristiques, le réaménagement des maisons historiques, l’aménagement de la place Boujloud et Aïn Azliten.

1.400 architectes mis à l’œuvre

Pour rappel, près de 1.400 architectes internationaux se sont inscrits sur le site Internet du concours et ont exprimé leur intérêt pour le projet de la reconstruction de la place Lalla Yeddouna en octobre 2010. En décembre de la même année, le jury international, composé des représentants de la Primature, du ministère de la Culture, du secrétariat d’État chargé de l’artisanat, de la wilaya de la région Fès Boulemane, de la commune urbaine de Fès et de la commune urbaine de Méchouar-Fès Jdid et de l’Ordre des architectes du Maroc, avait sélectionné les huit meilleurs projets. Pour donner son choix définitif, le jury a été assisté par de nombreux experts techniques et environnementaux, nationaux et internationaux, et de spécialistes des questions sociales.