Fès étoffe son offre culturelle

C’est parti. Jusqu’à la fin de l’année, la ville de Fès accueillera des activités culturelles de grande envergure. Depuis quelques années, l’agenda dispose d’une grande offre en animation. Acteur incontournable, l’Institut français de Fès (IFF) ouvre le bal avec une exposition de Hanae Eloudrghyry. Intitulée «la chute des anges», celle-ci se tiendra à partir du 15 septembre. Avant qu’elle ne se termine, l’IFF prévoit un concert de musique classique du «Trio Hélios».

Prévu le 27 septembre, le spectacle de Camille Fonteneau (violon), Raphaël Jouan (violoncelle) et Alexis Gournel (piano), issus du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMD), est prometteur. Le Trio Hélios, très apprécié, se produit à la Philharmonie de Paris, a la Salle Cortot, au Château de Canisy, au Théâtre de Montreuil, a l’Hôtel de Soubise, ainsi que dans de nombreux salons privés. Il interprète notamment le Triple concerto de Beethoven.

Du 14 au 21 octobre, Fès accueillera la 10e édition du Festival de la culture soufie. Organisé par l’agence Parchemins concept, en partenariat avec l’Association Fès-Saïss et l’IFF, l’événement célèbre le patrimoine culturel, artistique et spirituel du soufisme. «Il est d’une richesse et d’une profondeur qui s’enracinent dans des siècles d’histoire et constituent de fait la trame vivante, et sans cesse renouvelée, de la civilisation de l’Islam», souligne Faouzi Skali, initiateur du festival.

Organisée sous le thème «Le soufisme à la rencontre des sagesses du monde, la route du soufisme du Maroc vers l’Inde», cette version se fixe comme but de conter l’une de ces aventures possibles d’un voyage du Maroc vers l’Inde qu’il déclinera, une semaine durant, dans les palais, riads et sur l’esplanade de Bab Al Makina, en un programme de conférences, de concerts artistiques et de soirées de Samaâ.

Le 24 octobre, le public de Dar Batha aura rendez-vous avec la pianiste Nouar Ayadi. Cette dernière n’est autre que la lauréate 2016 du Concours international de piano SAR la Princesse Lalla Meryem. Une compétition organisée tous les deux ans à Rabat par l’Association «Les Amitiés musicales» avec le soutien de l’ambassade de France au Maroc. Ensuite, la ville accueillera, du 15 au 18 novembre, le festival international de la danse expressive.

Organisé depuis 11 ans à Fès, cet événement se confirme d’année en année parmi les manifestations les plus prisées par le public fassi. Initié par l’Association «Babylon Cult-Art», le festival verra la participation de plusieurs artistes et troupes chorégraphiques de nombreux pays, qui présenteront des spectacles dans différents types de danse. Tenue sous le signe «Quand le corps se lève», cette édition sera rehaussée par l’organisation de tables rondes qui seront animées par une pléiade d’artistes et chercheurs, ainsi que des ateliers de danse.

Enfin, le programme culturel prévoit des films documentaires, du théâtre, et du jazz. Pour ce dernier volet, le concert du quartet de Daniel Zimmermann est prévu le 15 novembre. Tromboniste du dernier groupe de Claude Nougaro et du Maraboutik Band de Manu Dibango, Daniel Zimmermann nous transporte avec brio sur les sentiers d’un jazz inventif et original, ponctué d’influences blues, funk et rock. «A écouter de toute urgence», conseille l’IFF.

leconomiste.com