Fès et Meknès: une destination City Break

Sur invitation du Conseil préfectoral du tou- risme (CPT) de la Préfecture de Meknès (Maroc) se sont tenues du 17 au 19 janvier 2020, les journées baptisées Media Impact Days, consacrées à la mise en valeur de l’activité touristique dynamique et ses rapports avec les media et les différents moyens de communication.

La cérémonie d’ouverture s’est tenue en présence des membres du bureau exécutif de la Fédération internationale des journalistes et écrivains du tourisme (FIJET), conduite par son président Tijani Haddad, de Najib Sanhaji, président de l’Association marocaine des journalistes et écrivains du tourisme (Amjet) qui a assuré un bon encadrement, ainsi que du président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès à qui Tijani Haddad a présenté ses vifs remerciements ainsi qu’aux autorités de Meknès et de Fès pour l’excellente organisation de ces journées.

Media Impact Days ont réuni des chercheurs et des journalistes spécialisés afin d’explorer le patrimoine matériel et immatériel de Meknès et de Fès, leur histoire impériale, arrière-pays, richesse artisanale et produits du terroir.

La région Fès-Meknès dispose d’un riche capital naturel, culturel et historique susceptible de constituer une force d’attraction pour le tourisme marocain. On peut distinguer 4 principales zones : les montagnes, les stations thermales, les villes traditionnelles et les sites historiques.

Meknès : la ville aux cent minarets Chargée d’histoire, Meknès garde toujours les traces de plusieurs civilisations qui se sont succédé dans cette cité, depuis les Phéniciens et les Romains avec Volubilis, en passant par les Meknassas, tribu berbère, qui fondèrent la ville, aux Alaouites qui en firent leur capitale administrative.

Moulay Ismaïl (1672-1727) construisit des édifices, des jardins, de belles portes monumentales, de gigantesques remparts de plus de 40 km de long avec des épaisseurs atteignant 4 m de largeur, un immense réservoir d’eau mesurant environ 4 ha et une profondeur de 4 m environ, de nombreuses mosquées avec de nombreux minarets. Pour cette raison, Meknès est surnommée « la ville aux cent minarets » et classée, depuis 1996, atrimoine mondial de l’Unesco.

Une activité économique dynamique Ce qui frappe le touriste, de prime abord, c’est l’activité économique très soutenue de la région. Les secteurs du tourisme, de l’artisanat et du commerce sont parmi les noyaux de l’économie locale.

L’agriculture s’impose à vue d’œil, tellement la terre est fertile. La production principale est l’olive, mais également les vignes et les cultures maraîchères. Meknès est indubitablement le grenier du pays.

L’industrie agro-alimentaire développée, emploie une main-d’œuvre nombreuse. Elle permet d’absorber tout le surplus de la production agricole.

Le Tourisme : Fès et Meknès constituent un pôle disposant de 335 établissements touristiques classés, dont la capacité litière totale s’élève à 19 044 lits.

Grâce à sa proximité de Fès (40 Mn de route), Meknès offre un produit complémentaire et développe une véritable destination « City Break ». L’Artisanat, très prolifique et polyvalent, donne avec la variété de la production l’embarras du choix. Il faut reconnaître que Meknès a une riche histoire à raconter et un patrimoine à faire découvrir. Les efforts pour la restauration des monuments sont visibles et appréciables. L’arrière-pays de Meknès est impressionnant et d’une richesse colossale, à commencer par les ruines de Volubilis, puis c’est l’émerveillement total avec la Sainte Cité de Moulay Driss Zerhoun perchée sur le flanc d’une montagne à 530 m de hauteur, se caractérisant par une topographie diversifiée et des vues à couper le souffle. Avec la spiritualité, Zerhoun associe terroir et patrimoine. La région est célèbre depuis l’antiquité pour sa production d’huile d’olive. L’exploration des environs de Meknès se termine par la visite du domaine de la Zouira, extrêmement bien tenu où l’on produit de l’huile d’olive, des vins, du fromage de chèvre et des fruits secs. Un modèle d’organisation où l’on découvre l’art des Marocains, leur passion et leur savoir-faire.

Fès : doyenne des villes impériales et capitale culturelle et spirituelle du pays Fès est réputée pour sa médina fortifiée. Elle est classée depuis 1981 patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. C’est la plus grande médina du Maghreb avec 9000 ruelles.

Les monuments les plus emblématiques de Fès, notamment la médina, commencent à Fès el-Bali par Bâb-Boujloud, l’une des quatorze portes qui entourent la ville sacrée. Construite au 12e siècle, elle est remarquable pour ses faïences bleues et vertes, son bois de cèdre et ses stucs sculptés. Parlà, on accède aux deux artères principales : la rue Talaâ-Kbira, au Nord, et la rue Talaâ-Seghira, au Sud, donnant sur la mosquée Qaraouiyine, l’une des plus grandes d’Afrique du Nord. Sa construction a débuté en 857 à Fès, sous le règne de la dynastie idrisside. C’est une femme, héritière d’un riche kairouanais, Oum Al Banine Fatima Al Fihriya, qui est à l’origine de sa fondation. Tout au long des siècles, la mosquée voit son architecture évoluer et s’agrandir.

Elle devient, du Xe au XIIe siècles, un important Centre d’enseignement et une des premières universités au monde. La visite du Maroc et des villes impériales est toujours un plaisir. L’infrastructure routière est impressionnante, le réseau ferroviaire est très développé avec le dernier joyau, le TGV, reliant Casa à Tanger.

Version PDF