560 MDH POUR BOOSTER LE TOURISME

Dans le cadre de la mise en place des projets du Programme d’action communale (PAC) 2016-2021, les membres de la Commune de Fès ont récemment validé deux conventions de partenariat visant la réhabilitation et la valorisation des monuments touristiques de la ville.

Le Programme d’action communale (PAC) de la ville de Fès commence à porter ses fruits. Un an après sa validation, les membres de la commune ont approuvé les deux premières conventions de partenariat programmées dans le cadre du PAC. Près de 560 MDH seront dédiés à la réhabilitation et à la valorisation des monuments touristiques de la ville. Les deux projets devraient être réalisés avant 2022, visant principalement l’appui des programmes économiques, sociaux et culturels devant bénéficier à la ville. Concernant la première convention, elle sera dotée d’une enveloppe de 388 MDH et portera sur la réhabilitation et la mise à niveau de 73 sites dont 11 monuments historiques, 10 espaces religieux, une unité industrielle et commerciale, 37 espaces de divertissements et de loisirs et 13 bâtiments divers.

Le financement de ces projets sera assuré, entre autres, par le ministère de l’Intérieur qui y contribuera avec une enveloppe de 94 MDH, le ministère des Habous et des affaires islamiques avec 83 MDH, le ministère de l’Habitat avec 51 MDH, le ministère de la Culture avec 77 MDH, le ministère du Tourisme avec 20 MDH et la commune de Fès avec 10 MDH. S’agissant de la deuxième convention, elle sera dotée d’une enveloppe de 172 MDH et portera sur la mise à niveau de 39 sites d’activités économiques dans la ville, dont 12 foundouks, 15 machines de textile artisanales et 5 souks dédiés aux ventes spécialisées. Parmi les partenaires de cette convention, on retrouve le ministère de l’Intérieur avec 53 MDH, le ministère des Habous et des affaires islamiques avec 17 MDH, le ministère du Tourisme avec 25 MDH et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social avec 77 MDH. Précisons que le PAC de la ville de Fès est décliné en quatre axes, à savoir: «Fès, une cité attractive, écologique et durable», «Fès, une ville équilibrée et universelle», «Fès, un pôle de compétitivité économique» et «Fès, une référence dans la gouvernance et la démocratie participative».

Les responsables de la commune ont expliqué que la ville doit bénéficier du nouveau découpage régional permettant la redynamisation du projet de métropolisation bipolaire avec Meknès. Il vise à positionner l’espace métropolitain composé de Fès et de ses centres d’appui, de Meknès et de son arrière-pays, ainsi que des terres agricoles et périurbaines qui les séparent, dans l’espace national comme un pôle majeur de développement. D’après les responsables de la commune, «le projet du PAC de la ville de Fès a pour objet l’émergence d’un espace métropolitain compétitif bipolaire à l’échelle nationale, en mesure de faire face à la concurrence des grands pôles du littoral vis-à-vis du poids démographique important, le potentiel agricole, l’industrie et le tourisme et le patrimoine historique jugé très important». Le projet de bipolarisation concourra également à l’émergence de nouvelles centralités polyfonctionnelles, à travers l’implantation des activités et équipements dans les espaces les plus adaptés au sein de la ville mère et de l’aire métropolitaine. Le PAC compte également faire face aux menaces, notamment celles relatives à la concurrence des autres métropoles et des produits manufacturés importés ou de contrebande qui mettent en péril les produits de l’artisanat local. Il faut aussi rappeler la problématique de l’exode rural des catégories ayant un niveau d’éducation bas qui se traduit par le renforcement de l’informel. Parmi les projets programmés dans le PAC de la ville de Fès figurent la réalisation d’une nouvelle zone logistique, la construction d’un technoparc, deux gares routières, des smart parkings, la restructuration des routes principales, de même que la mise en place des passages dédiés aux conducteurs de deux-roues.